Forum sur les films d'horreur - L'avenue où l'on rencontre Vampires, Boogeyman's, Monstres et Maître du genre.
 
AccueilAccueil  Site  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes   Facebook   Boutique   Collection  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Hobo With A Shotgun

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dandy Kaine
Lucifer
avatar

Masculin
Nombre de messages : 4181
Age : 29
Localisation : La Chapelle Saint Sauveur
Film d'Horreur préféré : cold Prey
Maitre de L'Horreur préféré (réalisateur) : John carpenter
Date d'inscription : 04/03/2010

MessageSujet: Hobo With A Shotgun   Dim 3 Juil 2011 - 16:30

Film De Jason Eisener



Avec Rutger Hauer, Molly Dunsworth et Brian Downey

Ecrit par John Davies (III) , Jason Eisener et Rob Cotterill

Long-métrage américain , canadien . Genre : Action - Grindhouse
Durée : 01h25min . sortie prévu pour 2011

Directeur de Photo' : Karim Hussain

Synopsis : Un clochard fait régner la justice dans une ville grâce à son fusil à pompe.


Mon avis :

L'Ecran Fantastique disait que ce film est un chef d'oeuvre instantané du Genre, une rencontre improbable entre Machete et des films genre Tokyo Gore Police ( en gros, la vague débilo-trash-gore Jap' que j'adore) mais on pourrait aussi citer Toxic Avenger et le trop pleins de couleurs a Charlie et la chocolatrie.

Est-ce que ce film aurait vu le jour sans le double programme de Tarantino/ Rodriguez? pas très sur, en tout cas pas en grosse sortie mais plutôt en dtv en sortie confidentielle parlant qu'aux amateurs.
On peut reprocher au directeur de photo' ( aussi scénariste de Abandonnée, et directeur de photo' de Territoires, film d'horreur français dont j'en attend beaucoup) de ne pas mettre de grain, de ne pas retrouver l'espirt exploitation des années 1970 mais après, on a affaire avec bonheur a d'étranges couleurs contrastant l'horreur du film, intelligent,gore et Z pour signé une honorable Série B, comme Toxic Avenger quoi!
Pour les âmes sensibles, ce ne sera pas leur came, mais pour ceux pour qui ça ne dérange pas de voir des têtes éclater, ils trouveront leurs bonheurs. L'auteur pousse loin la satire accompagné de violence gratuite mais le spectacle est si fun que ça se suit avec décontraction et Rutger Hauer est parfait en en clochard rêvant de liberté et décidant de libéré la ville a coup de fusil.

Ca fait du bien ce genre de spectacle, un vrai coup d'air frais dans le cinéma d'aujourd'hui.

4
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
KenShu
Admin
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 4947
Age : 38
Localisation : Metz
Film d'Horreur préféré : Une nuit en Enfer
Maitre de L'Horreur préféré (réalisateur) : Georges A. Romero
Date d'inscription : 04/07/2007

MessageSujet: Re: Hobo With A Shotgun   Lun 10 Oct 2011 - 7:34

Profitants sans doute du succès de la paire "Tarantino-Rodriguez" avec, respectivement, Boulevard de la mort et Planète Terreur, trois potes d'enfance se lancent dans le long métrage avec un "grindhouse" dans la plus pure tradition: budget restreint avec du gore, de l'action non stop, une ambiance unique et des bad guys vraiment......bad guys!
Ici, le scénario nous propose de suivre un sans abri, débarquant dans une ville ou règne terreur, meurtres, cambriolages, viols et autres pédophiles. A peine débarqué celui ci est témoin d'une mise a mort en public par une famille de dégénérés qui s'auto proclament maîtres de la rue.
bien entendu, notre vieux héros ne l'entends pas de cette oreille et va s'empresser d'acheter avec les quelques dollars en poche qu'il possède un bon vieux fusil a pompe afin de faire revenir la paix dans ces ruelles mal famées.
Malgré l'absence de grain sur la pellicule, ce film s'inscrit dans la plus pure tradition "grindhouse" et les fans en auront pour leur argent: peu de temps morts, sang qui gicle a tout va....ok, mais encore??? des acteurs excellents, Rutger Hauer(Hitcher) en tête dans le rôle du vengeur au fusil qui entre parfaitement dans son personnage.
une pure réussite dans le genre qui ne décevra personne.... a condition de savoir a quoi on s'attends!
4

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zabou
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 8725
Age : 37
Localisation : Haddonfield
Film d'Horreur préféré : Halloween
Maitre de L'Horreur préféré (réalisateur) : John Carpenter
Date d'inscription : 04/07/2007

MessageSujet: Re: Hobo With A Shotgun   Lun 10 Oct 2011 - 7:40

Une vraie réussite, c'est fun et sanglant tout en sachant être émouvant!!! J'ai adoré!!!

_________________

"La première fois que je l'ai vu il y a 15 ans de cela on m'a dit que cet enfant n'avait plus ni raison ni conscience, qu'il ne réagissait plus aux choses les plus rudimentaires comme la vie ou la mort, le bien et le mal, le vrai et le faux. J'ai vu cet enfant de 6 ans au visage mort, pâle où ne se peignait aucune émotion avec d'immenses yeux noirs, les yeux du malin."Dr Loomis
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.avenuedelhorreur.com
Iramon
Démon
avatar

Masculin
Nombre de messages : 83
Age : 30
Localisation : Elm street
Film d'Horreur préféré : Evil Dead
Maitre de L'Horreur préféré (réalisateur) : Wes Craven , Stephen King
Date d'inscription : 21/08/2011

MessageSujet: Re: Hobo With A Shotgun   Mar 11 Oct 2011 - 12:00

Zabou a écrit:
Une vraie réussite, c'est fun et sanglant tout en sachant être émouvant!!! J'ai adoré!!!

+1 Idem !

Un film déjanté et dès les premières minutes du films on rentre direct dans le vif du sujet. Pratiquement aucun temps mort. ca ressemble a du Tarantino ou du Grindhouse. Bref que tu bon sans être pris au sérieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Billy Loomis
Modo
Modo
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3654
Age : 35
Localisation : Woodsboro (où dans le 59)
Film d'Horreur préféré : HALLOWEEN
Maitre de L'Horreur préféré (réalisateur) : John Carpenter
Date d'inscription : 20/07/2007

MessageSujet: Re: Hobo With A Shotgun   Mar 11 Oct 2011 - 21:27

Iramon a écrit:
ca ressemble a du Tarantino ou du Grindhouse.
Ce Hobo with a shotgun est, tout comme Machete, l'adaptation d'une bande annonce vu dans le film Grindhouse ! Faux trailer visible dans les bonus de l'édition dvd sortie il y a quelques mois (l'édition avec la version US du film)

C'est une bande annonce de fan plus précisément !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://holy-moviesblog.skyrock.com/
Iramon
Démon
avatar

Masculin
Nombre de messages : 83
Age : 30
Localisation : Elm street
Film d'Horreur préféré : Evil Dead
Maitre de L'Horreur préféré (réalisateur) : Wes Craven , Stephen King
Date d'inscription : 21/08/2011

MessageSujet: Re: Hobo With A Shotgun   Mer 12 Oct 2011 - 6:42

Oki, je me disais bien avoir vu ça quelques part déjà Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
QuentinD
Apprenti Démon
avatar

Masculin
Nombre de messages : 41
Age : 39
Localisation : marne la vallée
Film d'Horreur préféré : l'antre de la folie
Maitre de L'Horreur préféré (réalisateur) : John carpenter
Date d'inscription : 25/11/2010

MessageSujet: Re: Hobo With A Shotgun   Jeu 13 Oct 2011 - 8:34

Hobo with a Shotgun- A Grindhouse Story

Piqûre de Rappel :
Pour les plus initiés d’entre vous, vous le savez, Hobo with a shotgun faisait partie des fausses bandes annonces glissées entre les deux films Grindhouse Planète Terreur de Robert Rodriguez et Boulevard de la mort de Quentin Tarantino en 2007.
Alors le Grindhouse, c’est quoi? Me demande la petite dame au fond avec son sac de poireaux sur les genoux. Et bien ma ptite dame, Grindhouse, c’étaient le surnom qu’on donnait aux vieux cinémas délabrés des quartiers americains qui, loin de leurs années de gloires, diffusaient en continue des films fauchés pour continuer à exister, faute de pouvoir acheter les grandes sorties nationales. D’où le terme de cinéma « d’exploitation » associés à ces films.

Souvent programmés par deux (double feature), ces derniers avaient biens souvent pour caractéristiques communes une sexualité débridée, beaucoup d’action, de sang et très peu de morale.

Le terme "Grindhouse" lui, vient de l’anglais« grinding-out » signifiant ingurgiter, exploiter jusqu’à épuisement.
Lors de ce double programme qu'est Grindhouse, les compères Tarantino/Rodriguez rendent donc hommage à ces films d’exploitations des années 70.
Petit bonus, ils insèrent sur l’idée de Tarantino entre leur deux films de fausses bandes annonces qui auraient put être projetés dans ces salles.

Retour sur la liste de ces pépites :
- Machete - réalisé par Rodriguez lui-même cette bande annonce est basée sur un scénario déjà existant de Rodriguez qu’il avait écrit pour l’immense Danny Trejo

-Werewolf Women of the SS – réalisé par Rob Zombie avec une des meilleures apparitions de Nicolas Cage (dans le rôle de Fu man-chu)

- Don’t – réalisé par l’anglais Edgard Wright (qui a aussi réalisé Shaun of the Dead et Hot Fuzz). Cette bande annonce est tournée dans le pur style des bandes annonces de la Hammer des années 70.

- Thanksgiving – réalisé par Eli Roth (réalisateur de Hostel et « Ours Juif » dans Inglourious Basterds de Tarantino). Réalisé dans l’esprit des slashers movies Thanksgiving par son nom fait directement référence à Halloween de Carpenter et met en scéne un tueur habillé en père pèlerin… on note la participation de Michael Biehn (Caporal Hicks dans Aliens et père de John Connor dans les Terminator).

-Hobo with a shotgun– réalisé par Jason Eisener, fut en fait la bande annonce gagnante du concours de fausses bandes annonces lancé par Robert Rodriguez. Avec le colossale Ruthger Hauer, anciennement chef des réplicants dans Blade Runner.

De la bande annonce au long métrage :
En 2010, trois ans après la sortie des Grindhouse en 2007, Robert Rodriguez offrit enfin à Danny Tréjo le long métrage pour lequel il lui avait écrit un rôle sur mesure.
Machete c’est la classe de Banderas dans Desperado, le coté animal et antipathique en plus.
le sang gicle, les filles se déshabille, rien ne résiste à Machete.
Le grain très prononcé et la dégradation volontaire de l’état de la pellicule sont les mêmes que dans les deux films grindhouse précédemment réalisés, et confèrent au tout une esthétique underground absolument jouissive.


Le résultat final était donc à la hauteur de nos espérances et allait même au-delà avec des supers méchants incarnés par Robert de Niro et Steven Seagal.
Imaginez donc notre bonheur quand s’annonça la sortie (uniquement vidéo chez nous) du long métrage tiré de la bande annonce Hobo with a Shotgun …

Itinéraire d’un ado dépassé :
Dés le générique le spectateur est plongé dans l’ambiance.
L’image est magnifiquement retraitée pour afficher des couleurs saturées à souhait (couleurs poussées au maximum) typiquement 70’s.
D’emblée on est bombardé de référence qu’on adore :
D’abord Il y a la bande son, furieusement 70’s. On pourrait la croire tirée d’un western orchestré par Ennio Morricone mais il s’agit en fait d’un mix de 2 morceaux de la B.O de La marque du démon, film d’épouvante de 1972, à la musique curieusement western italien.
La référence au western 70’s continue avec l’apparition du cowboy solitaire, le desperado. Fidèle à l’imagerie romantique du héros de western, un étranger arrive en train dans une ville inconnue.

L'étranger à l'harmonica arrive en ville sur de belles couleurs saturées trés 70's

Un déluge de référence à des films qu'on adore a lieu dés la premiére scéne"
Cet étranger,restera sans nom, comme Eastwood dans la trilogie du dollar de Sergio Leone, et il mâchonne un harmonica nous évoquant Charles Bronson dans il était une fois dans l’ouest.
Autre clin d’œil, notre bonhomme descend du train et commence à errer avec son paquetage (tel le héros de Invasion Los Angeles de John Carpenter) pour passer devant le panneau indiquant le nom de la ville : Hope city.
Sur ce panneau, Hope à été rayé à la main pour être remplacé par le mot scum (ordure), à l’identique du panneau qui indiquant Bassin city ,dont le le « Ba » avait été rayé, à l’entrée de Sin City. Clin d’œil évident à Robert Rodriguez qui avait réalisé Sin City


Avec ce déluge de référence à nos films chéris, on se dit que ça commence rudement bien !
Malheureusement on déchante rapidement.
On nous présente une galerie de personnages qui n’est qu’une triste succession de clichés aussi lourdingues que redondants.
Ainsi les méchants seront tous sur joués par des acteurs à qui qu’on semble avoir donné
comme seule indication de jeu « fait en des tonnes coco c’est pour le fun ».
On commence dans la légèreté avec la famille de brutes qui règne sur la ville, habillés très subtilement en noir et blanc dans une voiture aux mêmes couleurs (le bien, le mal…wahoouuu !) .
La cruauté gratuite et la folie du père n’ont d’égales que la débilité congénitale des deux fils qui hululent et rient à tout va entre deux écrasement de tête de pauvres citoyens entre des auto tamponneuses (je vous l’ai dit c’est subtil).
On enchaîne avec un pédophile forcement habillé en père noël (l’enfance le père noël, ça va vous avez saisi ?).
Vient ensuite un macro qui interdit évidemment à ses prostitués adolescentes de faire leur devoirs d’école (oui l’éducation c’est le salut , et donc le mac il est contre bien sûr).
Ce défilé indigent continue avec les flics corrompus et violeurs de prostitués, pour se terminer sur les trafiquants de drogues qui bien sûr se plonge la tête entière dans leur coke et se redressent hilares tout enfarinés avec des filles enchaînés torturés derrière eux (je cite « aaah avec tout ce fric on va pouvoir s’en payer un paquet de salooooopes ! ahahahaaaaah ! »).

Nous on est les méchaaants et on est méchaaants ! raaaah !

Bref si ce réalisateur livré à ses pulsions adolescentes l’avait put, il est sûr qu’il leur aurait rajouté à tous une pancarte « je suis très méchant ,vicieux et fou, yark yark yark ! »
Le tout est servi à grands renforts d’effets gores gratuits qui n’apportent rien à l’intrigue, au contraire qui nous en sortent, au point qu’on en vient à compter les minutes avant que notre clodo le trouve son fameux fusil à pompe du titre (30 minutes sans scénario sur 80 minutes de film c’est long).

Et pourtant.
Pourtant on entre aperçoit parfois le film que cela aurait put être.
Certains moments sont de vraies bonnes idées et nous font passer des moments vraiment divertissants.
A l’image de cette séquence où pour passer inaperçu le clodo se cache dans un caddie recouvert par un cadavre,poussé par une amie.
Les moments où notre clodo bute les pourris de la ville un par un sont également bien réussis et ce, ne nous leurrons pas, grâce au talent intact du légendaire Rutger Hauer.
A lui seul, notre répliquant préféré mérite qu’on s’attarde sur ce film, tant il est la preuve flamboyante de ce que peux apporter un bon acteur à un film très moyen.

Rutger Hauer is my God. Ici dans Blade Runner : "Tous ces moments seront perdus dans le temps, comme les larmes dans la pluie.

Autre moment intéressant, celui de l’apparition du « Fléau », binôme de tueurs impitoyable en armures intégrales façon « red is Dead » (adieu Youri!) .
Leur apparition fait basculer le film dans le fantastique par leur nature irréel (hommes ou démons ?) ainsi que par le changement d’éclairage. Le réalisateur adopte en effet les éclairages bleu/violet/rose que Mario bava et Dario Argento, maîtres de l’horreur italienne des années 70,avaient fait leurs dans des classiques comme Suspiria ou Ténébres, le tout sur une musique qui évoque Halloween de Carpenter.


« Oh t’es pas fun ! »
J’entends d’ici les « oui mais t’as rien compris, c’est pour le fun ! Tu te prends la tête pour rien ! ».
A ceux-ci je répondrai simplement que justement j’aime m’éclater au cinéma et les films Grindhouse de Tarantino et Rodriguez m’avaient fait prendre un pied énorme en reproduisant ce cinéma cheap des années 70 .
Les films grindhouse des années 70 étaient des caricatures des films a gros budget de l’epoque, et planéte terreur /boulevard de la mort retraduisait cela parfaitement.
Or Hobo with a shotgun est une caricature de ces caricatures, et c’est là qu’il en devient grotesque, avec ses méchants tréééés méchants et fous, et du gore tréééés gore parce que c'est pour le fuuuun !
Le cinéma-hommage est bien plus qu’une affaire de posture. Montrer « qu’on rend hommage » à un genre en en reproduisants ses codes visuels ne suffit pas à faire un film.
La forme n'est pas le fond, et il faut comme toujours une bonne histoire, de bon personnages, et un réalisateur qui sait où il emmène son film.
Tim Burton nous avait comblés avec son hommage aux films d’horreur de la Hammer des années 70 qu’était Sleepy Hollow .
Quentin Tarantino lui a même fait de ce cinéma la ligne conductrice de sa carrière. Blaxploitation (jackie Brown), Kung-fu, film de vengeance, western (kill bill 1 et 2), film de guerre (Inglourious Basterds) et evidemment grindhouse (Boulevarde la mort).


La Hammer , la Blaxploitation, Bruce lee, autant d'hommage qui ne versent pas dans la caricature.

Mais ces maitres n’ont pas que l'aspect visuel a nous offrir, ils ont chacun une histoire tangible, chose dont manque cruellement Hobo with a Shotgun.
Quand le film se termine on se prend à rêver de ce qu’aurait put donner le projet dans les mains de Rodriguez ou de Tarantino, plutôt que celle d’un grand ado qui confond hommage et caricature.
Dommage.

QuentinD



Dernière édition par QuentinD le Mer 19 Oct 2011 - 10:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leschroniquesducanapeintergalactique.wordpress.com
Zabou
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 8725
Age : 37
Localisation : Haddonfield
Film d'Horreur préféré : Halloween
Maitre de L'Horreur préféré (réalisateur) : John Carpenter
Date d'inscription : 04/07/2007

MessageSujet: Re: Hobo With A Shotgun   Mer 19 Oct 2011 - 8:39

Je prépare la mise en ligne de l'article cheers

_________________

"La première fois que je l'ai vu il y a 15 ans de cela on m'a dit que cet enfant n'avait plus ni raison ni conscience, qu'il ne réagissait plus aux choses les plus rudimentaires comme la vie ou la mort, le bien et le mal, le vrai et le faux. J'ai vu cet enfant de 6 ans au visage mort, pâle où ne se peignait aucune émotion avec d'immenses yeux noirs, les yeux du malin."Dr Loomis
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.avenuedelhorreur.com
QuentinD
Apprenti Démon
avatar

Masculin
Nombre de messages : 41
Age : 39
Localisation : marne la vallée
Film d'Horreur préféré : l'antre de la folie
Maitre de L'Horreur préféré (réalisateur) : John carpenter
Date d'inscription : 25/11/2010

MessageSujet: Re: Hobo With A Shotgun   Mer 19 Oct 2011 - 10:13

youpiii ^^ merci Wink

_________________
La Galaxie culturelle explorée chaque jour pour vous
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leschroniquesducanapeintergalactique.wordpress.com
foxart
Jason Voorhees
avatar

Masculin
Nombre de messages : 103
Age : 50
Localisation : Lille
Film d'Horreur préféré : Suspiria
Maitre de L'Horreur préféré (réalisateur) : John Carpenter
Date d'inscription : 09/11/2011

MessageSujet: Re: Hobo With A Shotgun   Mer 2 Mai 2012 - 13:28

Le projet Grindhouse de Tarantino & Rodriguez est en train de faire des petits et on peut malheureusement aussi craindre le pire de ce revival opportuniste, suite au succès des bombes que sont Grindhouse & Machete.

De ce strict point de vue, ce Hobo with a shotgun est déjà une bonne surprise car il s'avère un divertissement plutôt soigné, honnête et franchement très drôle.

Il est évident que Jason Eisener (Treevenge) n'est pas encore au niveau de Rodriguez et encore moins à celui de Tarantino, mais ce premier métrage est plus que prometteur en ceci qu'il en transpire un véritable amour du cinéma bis autant qu'un désir de proposer un objet qui se tienne du point de vue de la mise en scène et de ses partis pris...
On navigue entre anticipation et vigilante, dans un scenario qui - en caricaturant à peine une réalité sociale américaine - décrit une ville totalement sous le joug d'un mafieux sadique adepte de jeux du cirque morbides et d'une police totalement corrompue maintenant son pouvoir sur la population par la terreur.

Déjà, de ce ce strict point de vue le film est bien plus audacieux, profond et dérangeant qu'il n'y parait, notamment lorsqu'il décrit le "bullying" filmé des SDF très en vogue ces dernières années sur You Tube, les difficultés de fonctionnement de son système de sécurité sociale ou de santé ou la simple passivité des populations face à la terreur qu'engendre leur insécurité.
Le film - canadien... il parait utile de le préciser - porte un regard lucide et cruel sur le glissement vers la barbarie d'une Amérique corrompue de toutes parts...
Mais attention, ne nous trompons pas, le film n'a rien d'un film à thèse... ce qui est d'ailleurs préférable car sinon, son propos pourrait facilement glisser - comme tous les films de "vigilante" - vers une démagogie populiste d’extrême droite...

Et c'est le décalage permanent du film, oscillant de manière assez maline entre premier et second degré, assumant parfaitement la débilité et le simplisme de son scénario et son caractère référentiel à tout le cinéma d'action B à Z des années 70/80 de la blacksploitation aux Menahem/Golan qui le sous-tend et qui fait passer le suppo sans irritation aucune.

Si j'ajoute à cela que le film est tourné en Technicolor et accorde un soin éblouissant à la photographie qui offre une explosion de couleur du début à la fin, qu'il est drôle et joyeusement gore et que sa violence y est parfaitement gratuite et assumé...

Et que le has been de luxe Rutger Hauer y fait un retour en force absolument époustouflant qui pourrait bien ressusciter le désir des plus grands cinéastes. J'affirme sans honte qu'il s'agit bien là d'un plaisir - certes un peu coupable - mais bien réel et qui devrait réjouir tous les amateurs de bisseries... A découvrir de toute urgence !

3.5
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ALBATOR83
Apprenti Démon
avatar

Masculin
Nombre de messages : 28
Age : 35
Localisation : OISE
Film d'Horreur préféré : MARTYRS
Maitre de L'Horreur préféré (réalisateur) : TOBE HOOPER
Date d'inscription : 08/01/2012

MessageSujet: Re: Hobo With A Shotgun   Lun 12 Nov 2012 - 15:47

Hobo est un clochard super-héros aidé d'une prostituée, ensemble ils vont se battre contre la corruption dans une ville...
Ce film gore à souhait fut pour moi un grand moment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Hobo With A Shotgun   

Revenir en haut Aller en bas
 
Hobo With A Shotgun
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Hobo with a Shotgun (2011, Jason Eisener)
» Turbo Kid (2015)
» Le cavalier traqué - Riding Shotgun - 1954 - André de Toth
» [JEUX] G-Shotgun V6.0[WVGA] (G-sensor)
» Shotgun Stories, de Jeff Nichols

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Avenue De L'Horreur :: Les films d'horreur :: Inclassables du genre-
Sauter vers: