Forum sur les films d'horreur - L'avenue où l'on rencontre Vampires, Boogeyman's, Monstres et Maître du genre.
 
AccueilAccueil  Site  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes   Facebook   Boutique   Collection  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 The Theatre bizarre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Zabou
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 8725
Age : 37
Localisation : Haddonfield
Film d'Horreur préféré : Halloween
Maitre de L'Horreur préféré (réalisateur) : John Carpenter
Date d'inscription : 04/07/2007

MessageSujet: The Theatre bizarre   Jeu 10 Mai 2012 - 5:59


Date de sortie 9 mai 2012 (1h 54min)
Réalisé par Douglas Buck, Buddy Giovinazzo, David Gregory (II)
Avec Udo Kier, Virginia Newcomb, Catriona MacColl plus
Genre Epouvante-horreur
Nationalité Américain, français, canadien

Synopsis
Interdit aux moins de 16 ans

Un film à sketches en hommage au légendaire “Art du Grand Guignol” réunissant sept cinéastes de l’horreur.

THE MOTHER OF TOADS de Richard Stanley : En France, un couple de vacanciers rencontre une sorcière qui prétend posséder une copie du Necronomicon.

I LOVE YOU de Buddy Giovinazzo : Une femme annonce à son mari qu’elle le quitte.

THE ACCIDENT de Douglas Buck : Une mère et sa fille sont témoins d’un accident de la route.

WET DREAMS de Tom Savini : Une femme blessée se venge de son mari infidèle.

VISION STAINS de Karim Hussain : Une tueuse en série extrait les souvenirs de ses victimes à l’aide d’une seringue.

SWEETS de David Gregory : Un couple obsédé par la bouffe consume son amour.

THEATRE GUIGNOL de Jeremy Kasten : Une salle de cinéma se transforme en véritable théâtre de pantins sous l’égide d’un automate.


_________________

"La première fois que je l'ai vu il y a 15 ans de cela on m'a dit que cet enfant n'avait plus ni raison ni conscience, qu'il ne réagissait plus aux choses les plus rudimentaires comme la vie ou la mort, le bien et le mal, le vrai et le faux. J'ai vu cet enfant de 6 ans au visage mort, pâle où ne se peignait aucune émotion avec d'immenses yeux noirs, les yeux du malin."Dr Loomis
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.avenuedelhorreur.com
KenShu
Admin
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 4947
Age : 38
Localisation : Metz
Film d'Horreur préféré : Une nuit en Enfer
Maitre de L'Horreur préféré (réalisateur) : Georges A. Romero
Date d'inscription : 04/07/2007

MessageSujet: Re: The Theatre bizarre   Jeu 10 Mai 2012 - 7:08

quelques scénarios intéressants, des réalisateurs franchement doués (Tom Savini en tête)...seul truc: moins de deux heures au total pour 7 sketches??? une moyenne (si je suis pas trop c**) de 15 à 20 mn pour chaque....léger

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Venkman
Jason Voorhees
avatar

Masculin
Nombre de messages : 127
Age : 31
Localisation : Belgique
Film d'Horreur préféré : Les Griffes de la Nuit
Maitre de L'Horreur préféré (réalisateur) : Dario Argento
Date d'inscription : 18/10/2012

MessageSujet: Re: The Theatre bizarre   Jeu 18 Oct 2012 - 15:48

Une petite déception pour moi que ce Theatre Bizarre... Ce n'est pas que j'espérais énormément du projet mais malgré tout j’espérais passer un moment agréable et ce ne fut pas particulièrement le cas. Pour être honnête, je me suis un peu emmerdé par moment et il n'y a aucun sketch de réellement réussi. Je vais faire un à un.

THE MOTHER OF TOADS de Richard Stanley : Sans doute le plus simple mais probablement le meilleur aussi. Un petit coté Fulci dans l'ambiance, très réussie, avec de très beaux décors. C'est ce qui rend le sketch agréable, ce coté rétro, l'aspect Lovecraftien, cette foret brumeuse, ces crapauds... Simple mais efficace donc.

I LOVE YOU de Buddy Giovinazzo : Mouais... C'est pas mal, ça se laisse suivre, mais je trouve ça un peu léger pour figurer sur une anthologie horrifique. Sur la vingtaine de minute du segment on a quoi ? 1 minute d'horreur ? Le reste, c'est une thérapie de couple entre un parano et sa nymphomane de femme. C'est pas mauvais mais c'est pas vraiment ce que j'espérais voir on va dire.

THE ACCIDENT de Douglas Buck : Comme précédemment, un segment qui n'est pas mauvais (loin de là même) mais dont je me pose des questions sur sa place dans une telle anthologie... C'est très réussi, très beau, mais il n'y a rien d'horrifique là-dedans. Un peu particulier, donc. Mais c'est à voir.

WET DREAMS de Tom Savini : Je retiendrai principalement le rêve du début, le reste n'est pas honteux mais ne m'a pas motivé outre mesure non plus. Ca fait plaisir de voir Savini, comme toujours, mais sa réalisation est probablement la plus faible parmi les réalisateurs des différents segments. Bref, un sketch un peu anecdotique...

VISION STAINS de Karim Hussain : Un très bon concept mais qui n'a pas vraiment le temps d'être développé. Un long-métrage aurait peut-être été plus adapté car l'histoire est intéressante et la réalisation pas mal du tout. Mais là c'est un peu court pour être vraiment réussi...

SWEETS de David Gregory : Ca commence pas mal avec ce coté décalé d'un couple ne cessant de manger des sucreries. On se doute bien où tout cela va mener mais il y a un coté léger amusant et rafraichissant après tous ces sketchs très noirs (et un peu déprimants à vrai dire). Mais las, la fin du segment tombe dans la scène choc assez inutile... Une manière plus subtile de montrer le festin final aurait été bienvenue.

THEATRE GUIGNOL de Jeremy Kasten : Le segment qui les lie tous. Il n'y a donc pas de réelle histoire, le but est de poser l'ambiance et il le fait plutôt bien. Très bon Udo Kier et jeu de lumière magnifiques !


En résumé, c'est pas génial sans être mauvais non plus... Il faut reconnaître que la réalisation de chaque segment est très réussie (à part le Savini, moins impressionnant), certains plans vont même me rester en tête pendant quelques temps. Mais les histoires laissent un peu à désirer, sont souvent prévisibles (Wet Dreams, I Love You et Sweets ne sont guère surprenants). Qui plus est, le tout semble vraiment tenter de nous mettre mal à l'aise. Si c'était vraiment le but, c'est une réussite, car on est un peu déprimé après la vision du film, je le déconseille en tout cas aux personnes qui ont un petit coup de blues, ce n'est pas The Theatre Bizarre qui va les remonter Laughing

Une suite est prévue avec la plupart des réals français du moment (Bustillo/Maury, Laugier, Gens, etc) et j'attends tout de même ça malgré ce premier film un peu spécial. Je lui donne 6/10 tout de même pour sa facture technique impeccable et le premier sketch.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
clivethered
Freddy Krueger
avatar

Masculin
Nombre de messages : 367
Age : 38
Localisation : Montpellier
Film d'Horreur préféré : Inferno
Maitre de L'Horreur préféré (réalisateur) : Dario Argento
Date d'inscription : 04/08/2012

MessageSujet: Re: The Theatre bizarre   Jeu 18 Oct 2012 - 19:52

Celui la je vais pas tarder a me l'acheter...ca me rapelle les masters of horror un peu!En plus on retrouve Udo Kier et Catrionna Mac coll l'actrice phare de Fulci dans les 80"s!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
KenShu
Admin
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 4947
Age : 38
Localisation : Metz
Film d'Horreur préféré : Une nuit en Enfer
Maitre de L'Horreur préféré (réalisateur) : Georges A. Romero
Date d'inscription : 04/07/2007

MessageSujet: Re: The Theatre bizarre   Ven 19 Oct 2012 - 7:34

je suis de l'avis de Venkman: beaucoup de tapages pour pas grand chose au final...c'est souvent ennuyeux, filmé avec les pieds et les acteurs sont vraiment moyens....bref, j'ai pas aimé!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nevarc
Freddy Krueger
avatar

Masculin
Nombre de messages : 392
Age : 22
Localisation : Lille, France
Film d'Horreur préféré : Phantasm, Bubba Ho-Tep
Maitre de L'Horreur préféré (réalisateur) : Don Coscarelli
Date d'inscription : 03/12/2012

MessageSujet: Re: The Theatre bizarre   Dim 27 Jan 2013 - 15:30

Les années 2010 ont déjà vu plusieurs anthologies horrifiques ou films d'horreur à sketches destinés au grand écran. On peut notamment retenir Deadtime Stories (2011), VHS (2012) ou encore The ABC's Of Death (2013). The Theatre Bizarre (2011) lui, réunit sept metteurs en scène peu connus du cinéma de genre. Chacun réalise un des sept segments de cette anthologie, et bénéficie d'une liberté artistique et esthétique absolues, seulement encadrées par le budget.
En effet, chaque volet dispose d'environ 20 000 $ de budget (ce qui est vraiment très peu). On retrouve avec plaisir un esprit "cheap" des années 1970 ou 1980.

Les festivités commencent avec "Theatre Guignol" réalisé par Jeremy Kasten. Cette partie regroupe tous les interludes entre chaque oeuvre et sert de liaison au sein de cette anthologie. On retrouve le légendaire Udo Kier en hôte du show du Théâtre. Son jeu est vraiment bon, il bouge comme un pantin ou un robot, et c'est sur une idée de ''marionnetisme'' tout à fait intéressante que se détache le personnage de Udo Kier et celui de la jeune fille. On n'aurait pas pu trouver mieux pour ouvrir ce Theatre Bizarre. Le jeu de lumière est lui aussi très bien maîtrisé.

Le second segment, intitulé "Mother of Toads" (littéralement, "la mère des crapauds") est réalisé par Richard Stanley. Un homme et sa copine en vacances, rencontrent sur un marché une vieille femme qui dit posséder le Necronomicon (un livre qu'aurait écrit Lovecraft mais qui n'aurait jamais été découvert). Intrigué, l'homme se rend chez elle.
Dans ce second sketch, on retrouve un style "lovecraftien" appuyé, proche de celui du réalisateur Stuart Gordon ou encore de Lucio Fulci (avec notamment la présence d'une de ses actrices fétiches, Catriona McColl).
L'ambiance lugubre est bien représentée, la mise en scène des crapauds est elle aussi très bien travaillée. On retiendra aussi un très bon maquillage pour cet épisode, qui est le plus "fantastique" de toute l'anthologie.

Le troisième volet, intitulé "I Love You" est réalisé par Buddy Giovinazzo et c'est le moins horrifique de tous. L'histoire est simple : une femme décide de quitter son mari. De là, le film part dans de longs dialogues où les acteurs se perdent un peu.
En effet, la longueur se fait ressentir (le final mettant du temps à arriver) et les performances des comédiens étant tout juste correctes, le métrage ne possède pas de réelles bases sur lesquelles construire un bon film. Le moins bon épisode de la série.

Le quatrième segment est réalisé par le célèbre Tom Savini (maquilleur reconnu, notamment pour son travail sur la saga des morts-vivants de Georges A. Romero et son remake de La Nuit Des Morts-Vivants en 1991). Il s'intitule "Wet Dreams". Le film est une succession de petits sketches, chacun représentant un rêve. La manière dont le sujet est traîté rend cette partie intéressante, on se perd vite dans les rêves des personnages. La réalisation est certainement la plus "classique" de l'anthologie, mais elle reste efficace et appropriée. Le final est bien trouvé, et le tout est plutôt plaisant. Sympathique, mais sans plus.

Le cinquième sketch, "The Accident" mis en scène par Douglas Buckb, raconte l'histoire d'une mère et de sa fille assistant à un accident d'un motard sur une route de forêt. Je dirais que ce film n'est pas vraiment "horrifique au sens premier du terme, mais il l'est dans l'idée, car il s'agit d'une petite file voyant la mort pour la première fois. Une sorte d'horreur sociale bien légitime.
L'enfant "percute" métaphoriquement le monde des adultes (on retiendra le beau plan où le sang du cerf atteint la poupée de la fille). Un thème intéressant, et une poésie dans les dialogues et la mise en scène, qui en font l'un des meilleurs segments de The Theatre Bizarre.

Le sixième et avant-dernier épisode, "Vision Stains" est réalisé par Karim Hussain. Une jeune femme a découvert comment garder les souvenirs de personnes : en prélevant avec une seringues leur "vision stains" (littéralement leur "tâches de vision") dans leurs yeux au moment de la mort.
C'est un thème intéressant, original avec un penchant philosophique (se nourrir de la vie, de l’existence des autres, au point de s'oublier soi-même), et la réalisation convient parfaitement au sujet.
Le seul hic, c'est sa durée trop courte pour traîter efficacement le thème choisi. Malgré cela, il en demeure quand même l'un des meilleurs segments...

Le septième et dernier volet, c'est "Sweets" ("bonbons") de David Gregory. Ce court-métrage est bourré d'humour noir et ne se prend pas au sérieux du tout, ce qui en fait surement l'un des plus appréciables de la série.
La première séquence est juste excellente notamment grâce aux décors (la nourriture est partout) et le jeu des deux acteurs interprétant les membres du couple (Guilford Adams et Lindsay Goranson) est vraiment excellent tout le long du métrage. Les dialogues sont subtil et efficaces.
Totalement surréaliste, l'univers décalé, appuyé par une mise en scène très bien travaillée de bout en bout, fait de "Sweets" le film le plus osé. Pour moi, le meilleur segment rien que pour la première scène...

En somme, The Theatre Bizarre possède pas mal de points forts, mais quelques faiblesses aussi.
Ainsi, certains courts-métrages auraient peut-être été plus appréciés s'ils étaient sortis seuls et non au sein de cette anthologie.
On garde tout de même un bon souvenir de ce Theatre Bizarre, et on attend avec impatience The Theatre Bizarre 2 !

3

_________________


Elvis :
"Where'd my youth go? Why didn't fame hold off old age and death? Why the hell did I leave the fame in the first place and do I want it back, and could I have it back? And if I could, would it make any damned difference ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PHANTOM
Candyman
avatar

Masculin
Nombre de messages : 227
Age : 40
Localisation : Toulouse
Film d'Horreur préféré : Le Blob
Maitre de L'Horreur préféré (réalisateur) : Alexandre Aja
Date d'inscription : 21/01/2012

MessageSujet: Re: The Theatre bizarre   Jeu 8 Mai 2014 - 13:44

Quelle déception quand j'ai découvert ce film que j'avais loué...
Grotesque, mal joué, pas intéressant. Je ne sauve pas grand chose !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://superpop.zikforum.com/
KenShu
Admin
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 4947
Age : 38
Localisation : Metz
Film d'Horreur préféré : Une nuit en Enfer
Maitre de L'Horreur préféré (réalisateur) : Georges A. Romero
Date d'inscription : 04/07/2007

MessageSujet: Re: The Theatre bizarre   Ven 9 Mai 2014 - 9:39

PHANTOM a écrit:
Quelle déception quand j'ai découvert ce film que j'avais loué...
Grotesque, mal joué, pas intéressant. Je ne sauve pas grand chose !
pareil!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: The Theatre bizarre   

Revenir en haut Aller en bas
 
The Theatre bizarre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» The Theatre bizarre
» The Theatre Bizarre 2: Grand Guignol
» The Theatre Bizarre
» une piece de theatre interessante.
» comportement plus que bizarre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Avenue De L'Horreur :: Les films d'horreur :: Inclassables du genre-
Sauter vers: