Forum sur les films d'horreur - L'avenue où l'on rencontre Vampires, Boogeyman's, Monstres et Maître du genre.
 
AccueilAccueil  Site  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes   Facebook   Boutique   Collection  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 The Day (2011)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
bikinikill
Lucifer


Masculin
Nombre de messages : 2184
Age : 111
Localisation : Ma maison
Film d'Horreur préféré : Halloween
Maitre de L'Horreur préféré (réalisateur) : Carpenter
Date d'inscription : 23/02/2012

MessageSujet: The Day (2011)   Jeu 10 Jan 2013 - 12:20


Réalisé par : Douglas Aarniokoski
Scénario de : Luke Passmore
Acteurs : Shawn Ashmore, Ashley Bell, Michael Eklund, Dominic Monaghan, Shannyn Sossamon
Année de production : 2011
Date de sortie en DVD/Bluray en France : 16 janvier 2013 (WildSide)
Date de sortie au cinéma en France : -
Pays : Canada
Saga : -

Synopsis

Dans un futur post-apocalyptique, un groupe de cinq personnes erre sur la route à la recherche d’un havre de paix. Affamés, ils luttent pour survivre. Lorsqu’ils découvrent ce qu’ils pensent être une maison abandonnée où se réfugier, un piège se referme brutalement sur eux : un gang anthropophage assoiffé de sang les prend en chasse...
Mon avis

Bien qu’il soit le chouchou de Robert Rodriguez qui l’a rapidement pris sous son aile en tant qu'assistant sur plusieurs de ses projets, le réalisateur Douglas Aarniokoski ne s’est pas fait que des amis dans la p’tite communauté des films de genre, puisqu’il est l’auteur – entre autres – des besogneux Animals, Nurse 3D et surtout du quatrième volet (raté) de la saga Highlander, Highlander – Endgame sensé faire la transition avec la série TV du même nom.
Bref, de là à dire que Douglas Aarniokoski est vu comme un canard boiteux dans le p’tit monde de la réalisation, il n’y a qu’un pas…

RETOUR EN GRÂCE ?

C’est pourquoi, l’annonce de la mise en chantier en 2011 de son long métrage post-apocalyptique The Day, n’a pas crée un énorme engouement autour de lui et ce, malgré un casting alléchant, puisqu’on retrouve à l’affiche pas mal de têtes connues comme Shawn Ashmore (X-Men, Mother’s Day), Dominic Monahan (Lost, Le Seigneur Des Anneaux) qui porte aussi la casquette de producteur, Shannyn Sossamon (Les Lois De L'Attraction, Chevalier, 40 Jours 40 Nuits), Ashley Bell (Le Dernier Exorcisme) ainsi que Cory Hardrict (World Invasion : Battle Los Angeles).

Et contre toute attente, il faut bien avouer que le film de Douglas Aarniokoski, basé sur un scénario de Luke Passmore, a reçu un accueil plutôt bon lors de ses projections dans le cadre du Toronto International Film Festival 2011 et de Gérardmer 2012 : il a été nominé deux fois dans différentes catégories et a vite trouvé des distributeurs internationaux (Splendid et Entertainment One pour l’Europe, WWE Studios et Anchor Bay Films pour les Etats-Unis).
The Day serait donc un moyen pour Douglas Aarniokoski de faire un joli pied de nez à tous ses (nombreux) détracteurs… ? Pas si sûr…

Pas si sûr… car après les succès commerciaux (et artistiques) des récents La Route de John Hillcoat ou de Le Livre D’Eli des frères Hugues, force est de constater qu’il n’est pas évident de tourner un film sur le thème du post-apocalyptique sans se retrouver en deçà de la qualité des métrages précités. Mais ça, Douglas Aarniokoski n’en a cure. Son but à lui, c’est de faire "le film qui lui plaît" envers et contre tous. Ce sera d'ailleurs toute la force de The Day… mais aussi sa principale faiblesse !

DEAD NEW WORLD…

Dans un futur post-apocalyptique, un groupe de cinq personnes erre sur la route à la recherche d’un havre de paix. Affamés, ils luttent pour survivre. Lorsqu’ils découvrent ce qu’ils pensent être une maison abandonnée où se réfugier, un piège se referme brutalement sur eux : un gang assoiffé de sang les prend en chasse pour les dévorer...

Ce qui marque d'entrée dans The Day, c'est tout d'abord sa photographie. Visiblement conscient de son modeste budget, Douglas Aarniokoski va opter pour une direction artistique formelle bien singulière. Ainsi, afin de coller aux ambiances épurées du post-apocalyptique, l'homme a fait le choix de désaturer au maximum les couleurs. On se retrouve donc dans un univers aux teintes bleues / vertes à la limite du monochrome, dans une ambiance froide, glaciale sur laquelle plane l'ombre de la mort. Et même, si l'influence de La Route est belle et bien présente dans ce parti pris, le réalisateur colle à merveille avec l'esprit de son sujet. Un bon point, donc.

Qui pus est, un soin tout particulier a été apporté aux cadrages, aux prises de vues, à la gestion des contrastes, si bien que la mise en scène de la découverte des pièces de la maison abandonnée est tout simplement bluffante.
En effet, Douglas Aarniokoski réussit parfaitement à construire une ambiance tendue et chaotique autour de la demeure (de la cave au grenier), tout en y incorporant des images incroyablement bien léchées et disons le : belles. Ce sera par exemple le cas, lors de la mise en avant des faibles rayons du soleil qui percent les volets dans une des pièces de la maison…

NOIR C’EST NOIR…

Mais à force de trop vouloir jouer sur le atmosphères glaciales sensées représenter le chaos du monde moderne et se baser sur une mélancolie un peu trop poussive (les souvenirs de la vie passée de tous personnages), The Day s'enfonce peu à peu dans un rythme lourd, voire même pesant, à la limite du pataud…
A longue, le film peine à décoller et à prendre une allure un peu plus enlevée, même lors de la scène de l'assaut de la maison, le passage qui se veut être le point culminant de l'histoire. Un comble !
Et ce n'est pas l'empathie du spectateur pour les personnages qui va changer la donne. Non, Douglas Aarniokoski et Luke Passmore ont choisi de construire leur récit autour de "héros normaux", mais malgré tout très (trèèèèèès trèèèèèès) caricaturaux.
Ainsi, on aura droit au leader du groupe pacifiste et utopiste (Dominic Monahan) qui n'est pas sans rappeler le on Pappagallo dans Mad Max 2 : Le Défi (ou bien même à Lynn dans le dessin animé Ken Le Survivant…), au black gouailleur (b]Cory Hardrict[/b]) tout en passant pas la belle guerrière taciturne, remarquablement interprétée par Ashley Bell. Et là où le bât blesse, c'est que malgré une solide interprétation de tout casting, la faible épaisseur des personnages ne permet pas de s'y attacher vraiment. C'est dommage.

Et c'est d'autant plus dommage que The Day développe de sacrées bonnes idées, comme l'amour immodéré que porte le chef de la tribu des anthropophages (Michael Eklund, qu'on a pu voir dans House Of The Dead ou The Divide) pour ses enfants, la question du cannibalisme comme moyen de survie, l'auto-défense ou bien le thème omniprésent de "l'homme est un loup pour l'homme"
Mais toutes ces bonnes pistes ne seront malheureusement pas assez exploitées, dans la mesure où le film ne met pas en avant un véritable personnage principal, et que tous les protagonistes principaux peuvent mourir à tout moment… et très vite !
On reste un peu sur notre faim, si j'ose dire (aha !)

Mais tout n'est pas à jeter dans The Day. Fort heureusement d'ailleurs !
Ainsi, malgré une psychologie aussi fine que du papier à cigarette et des ficelles grosses comme des vérins de levage, la violence de certains passages sans concession qui frôlent le politiquement incorrect (limite nihilistes comme dans la toute dernière scène) fait plaisir à voir, notamment grâce au talent d'Ashley Bell.
De même, les clins d'œil plus ou moins appuyés de Douglas Aarniokoski à des films cultes comme Night Of The Living Dead, Assault, Psychose, Fog, La Route ou bien 28 Semaines Plus Tard et Silent Hill pour ce qui est de la musique, amènent pas mal de relief à l'ensemble.

En somme, The Day s’avère être une petite série B sans prétention qui tient relativement bien la route, malgré son rythme volontairement lent et ses personnages caricaturaux, notamment grâce à une photographie bien léchée, une mise en scène inspirée et un climat de paranoïa prégnant d’un bout à l’autre du film.
Et même si Douglas Aarniokoski n’a pas toujours su dépasser le cadre d’un budget relativement étriqué, il a su cependant nous servir une œuvre sincère et pétrie de bonnes intentions. Certes, ce n’est pas forcément un gage de qualité, mais ça prouve que le réalisateur n’a pas pris son projet à la légère, comme il a pu le faire sur ses précédents DTV.
C’est toujours ça de pris…
3


Dernière édition par bikinikill le Ven 11 Jan 2013 - 8:49, édité 15 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Billy Loomis
Modo
Modo
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3654
Age : 36
Localisation : Woodsboro (où dans le 59)
Film d'Horreur préféré : HALLOWEEN
Maitre de L'Horreur préféré (réalisateur) : John Carpenter
Date d'inscription : 20/07/2007

MessageSujet: Re: The Day (2011)   Jeu 10 Jan 2013 - 14:36

Une histoire bien tentante et un casting que j'apprécie (Shannyn Sossamon ma manquait !)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://holy-moviesblog.skyrock.com/
bikinikill
Lucifer


Masculin
Nombre de messages : 2184
Age : 111
Localisation : Ma maison
Film d'Horreur préféré : Halloween
Maitre de L'Horreur préféré (réalisateur) : Carpenter
Date d'inscription : 23/02/2012

MessageSujet: Re: The Day (2011)   Jeu 10 Jan 2013 - 15:28

Il est quand même un peu en demie teinte... mais ça aurait pu être pire !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zabou
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 8725
Age : 37
Localisation : Haddonfield
Film d'Horreur préféré : Halloween
Maitre de L'Horreur préféré (réalisateur) : John Carpenter
Date d'inscription : 04/07/2007

MessageSujet: Re: The Day (2011)   Ven 11 Jan 2013 - 7:50

Merci, mais ..... il manque ta note Razz

_________________

"La première fois que je l'ai vu il y a 15 ans de cela on m'a dit que cet enfant n'avait plus ni raison ni conscience, qu'il ne réagissait plus aux choses les plus rudimentaires comme la vie ou la mort, le bien et le mal, le vrai et le faux. J'ai vu cet enfant de 6 ans au visage mort, pâle où ne se peignait aucune émotion avec d'immenses yeux noirs, les yeux du malin."Dr Loomis
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.avenuedelhorreur.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: The Day (2011)   

Revenir en haut Aller en bas
 
The Day (2011)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Calendrier CAEA 2011
» 2011 - CamaC4 : AK bâchée ELIGOR - Code 1 - Décoration CAMAC
» Programme de l'Opera de Paris 2010 -2011
» Championnat du Monde de 2011 f3k
» [Topic Unique] Lyon 6, 7, 8, 9 & 10 Avril 2011

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Avenue De L'Horreur :: Les films d'horreur :: Survival - Road movie-
Sauter vers: